ôde à la vie

  • C’est débile de ne pas manger de viande !!!

     

    Ecoute, moi je ne juge pas débile, même si ça me fait mal au cœur de voir tous les jours des gens qui se foutent de savoir que les bêtes ont une conscience, qu’ils souffrent, que ce qui se passe dans les abattoirs est criminel, est horrible.

     

    Oui je considère que  c’est une honte pour l’être humain d’accepter toute cette souffrance sous le prétexte que  nos ancêtres mangent de la viande depuis la nuit des temps, sous prétexte que « c’est trop bon », sous le faux prétexte des protéines, j’en passe.

     

    Moi ça me fout en l’air de regarder mes congénères impassibles insensibles à la souffrance animale.

     

    Je ne juge pas, mais trouve déplorable que manger de la viande soit votre seul petit plaisir dans la vie, je trouve ça triste.

     

    J’aimerais que vous preniez conscience que tant que l’homme maltraitera des animaux il continuera à s’entre tuer, qu’accepter la violence faite aux animaux, accepter ces tortures ces massacres c’est accepter la violence dans sa globalité, non il n’y a pas de juste milieu, il n’y a pas  de seuil de tolérance à la violence, à la barbarie.

     

    Je ne te juge pas, mais lorsque je te vois apprécier chaque bouché de ton steak…j’ai du dégout pour toi, je vous regarde manger, et ça me donne envie de vomir, ça me donne envie de pleurer, pourtant je suis là, je subis vos railleries, vos jugements, et parfois vos méchancetés. Oui parfois je perds mon sang froid…à chaque bouché toi tu vois un plat, moi je vois une bête qui à trembler devant l’abattoir, qui à tenter de s’échapper pour ne pas mourir à l’agonie…vidée de son sang…oui c’est vrai je m’excuse mais je perds mon sang froid.

     

    Lorsque je te vois, je me revois, et je suis fière d’avoir fait ce choix, je suis fière de ne plus être complice, je suis fière, malgré les «  tu ne sais pas ce que tu rates »  fière  de m’être réveillée et d’avoir compris que ce que nous faisons subir aux animaux fait de nous des bêtes féroces car agir ainsi nous ôte à mon sens l’appellation  d’être humain.

     

    J’ai compris que nous avons un rôle à jouer auprès de nos amis les animaux, que nous ne devons pas être leurs bourreaux, mais leurs protecteurs.

     

    Tu vois, moi je t’aime, j’aime la vie, hooo oui j’aime la vie, je défends les êtres  fragiles, les êtres en détresse, ces animaux qui ne parlent pas, mais qui savent pourtant communiquer.

     

    je suis malheureuse d’avoir eu la connaissance de toutes des choses, je suis malheureuse de m’être réveillée ,et de vivre dans ce cauchemar continu, mais tu sais, le bonheur, au moins maintenant je sais à quoi il pourrait ressembler et c’est ce qui me donne envie de me battre tous les jours.



    Petite luciole espiègle

     

Commentaires

3 commentaires
  • Geoffroy Bernard
    Geoffroy Bernard Pourquoi cette peur de juger? Il faut bien des juges pour que la justice existe. Et quand on lit certains de tes autres posts, genre l'avant-dernier, c'est assez étrange comme contraste.
    27 novembre 2015
  • luciole espiegle
    luciole espiegle contraste? oui c'est possible...je vie avec des paradoxes comme tout le monde, je ne suis pas d'accord avec toi concernant le jugement, qui détermine qui est en mesure de juger? ( justice) ils restent des hommes...j'estime que pour juger, il faut être irr...  Plus
    27 novembre 2015 - 1 aime ça
  • luciole espiegle
    luciole espiegle ok...contraste par rapport aux phrases que j'ai posté...c'est sans jouer sur les mots, plus un constat qu'un jugement, et toujours par rapport à moi , ce que je suis, ce que je penses de moi même...l'autojugement...quoi ;) merci pour ton com en tout cas
    27 novembre 2015