Solutions pour l'expansion du vélo en ville et ailleurs

  • Solutions pour favoriser l'utilisation du vélo dans les villes et ailleurs



    Mes salutations Monsieur le Premier Ministre,

     

    le but de ce message est de vous présenter des solutions pour qu'explosent le nombre de déplacements en vélo à l'intérieur et en périphérie des villes, afin d'agir sur la qualité de l'environnement, la santé des français (physique et psychique) et l'économie. 

     

    Avant de parler des solutions, parlons des raisons qui font que les citoyens préfèrent emprunter leur voiture (véhicule motorisé en général) plutôt que leur vélo pour leurs déplacements citadins. En dessous de chacune de ces raisons, classées dans l'ordre décroissant d'importance, figure succinctement la ou les solution(s) qui seront développées par la suite.

     

    * L'effort physique

    -> Vélos à Assistance Électrique (VAE) ;

    -> Taxi-vélo ;

    -> Ou plus simplement vélos plus aérodynamiques que les vélos classiques actuels, comme les vélos à position (semi) allongée tels que les vélomobiles.

     

    * La météo

    -> Vélos partiellement ou totalement couverts comme les vélomobiles

     

    * La durée des trajets, qui peut être plus longue qu'en empruntant un véhicule à moteur

    -> VAE ;

    -> Vélo position (semi) allongée (car ils permettent d'aller plus vite);

    -> Voies de circulation plus directes, voies/signalisation/code de la route aménagés de manière à ce que les vélos soient prioritaires par rapport aux véhicules motorisés

     

    * Le danger/pollution des véhicules motorisés

    -> Interdire aux véhicules motorisés l'accès à certaines voies de circulation.

     

    * Le prix du vélo à l'achat, de son entretien/réparation

    -> Crédit d'impôt, prêt à tau zéro, ...

     

    * Les difficultés rencontrées lors de la réparation du vélo

    -> Multiplication et/ou meilleur répartition des centres de réparation ;

    -> Possibilité de se faire prêter, gratuitement ou pour un prix très modique, un vélo le temps de la réparation.

     

    * La répression injustement disproportionnée des manquements au code la route

    -> Révision à la baisse du montant des amendes et des sanctions

    -> Laxité des forces de l'ordre lorsque le manquement n'est pas dangereux (à prendre au cas par cas donc). Il n'est pas forcément dangereux de prendre un feu rouge, un trottoir, un sens interdit ; tout dépend de la fluidité et de la vitesse des véhicules de l'autre voie et de la prudence et vitesse du cycliste dans sa progression. C'est différent pour les véhicules motorisés tentant de brûler un feu car leur vitesse et leur volume sont trop souvent trop importants pour qu'ils y parviennent en sécurité.

     

    *La difficulté (financière et pratique) d'accès aux transports en communs terrestres avec son vélo : CI-DESSOUS FIGURE NON PAS DES SOLUTIONS MAIS LE RESUME DE LA SITUATION ACTUELLE :

    -> Le prix du billet est majoré de 10€ ; par train EMPRUNTE et quelque soit la distance parcourue ; au niveau d'une partie du parc TGV/intercités. Pour le reste du parc intercités et la totalité de celui des TER, la place vélo est heureusement gratuite. Pour ce qui est de l'autre partie du parc TGV, il est tout bonnement impossible d'embarquer son vélo à moins de le démonter et de l'emballer dans une housse … .

    -> Le déplacement des vélos à l'intérieur des gares : les escaliers présents dans les gares ; permettant d'accéder aux halls et aux différentes voies ; sont quasiment tous dépourvus de rampes. Des escalators et ascenseurs sont certes parfois présents mais jamais au niveau de toutes les voies. De plus, les ascenseurs étant prévus pour les personnes à mobilité réduite, ils sont fréquemment trop petits pour embarquer un ou plusieurs vélos, même sans bagages. Des rampes de 50 cm de large ; au niveau de toutes les voies ; serviraient aussi bien aux vélos qu'aux bagages et permettraient un flux plus rapide et plus économique en énergie électrique.

    -> La montée dans les intercités s'effectuant par emprunt d'ouvertures peu larges et de marches, il est très laborieux de monter/descendre un vélo, même non chargé.

     

     

     

     

     

    ====>>>> Comme vous l'avez remarqué, plusieurs solutions sont redondantes (surlignées en jaune et orange) : il suffit ainsi d'agir sur 6 points pour inciter les citoyens à davantage prendre leur vélo à la place de leur voiture : dans l'ordre décroissant d'importance :

     

    * Davantage de voies de circulation interdites aux véhicules motorisés, et donc uniquement accessibles aux piétons, vélos et accessoirement aux skateboards, rollers et trottinettes.

    -> En effet, le danger que constituent les voitures et la pollution qu'elles génèrent sont rédhibitoires à une coexistence sur une même route entre les véhicules motorisés et les autres moyens de transport (marche comprise).

    -> De plus, la condamnation aux véhicules motorisés d'une partie des voies les plus directes vers les lieux importants de la ville, raccourcirait la durée du trajet des cyclistes.

    -> La solution la plus économique et écologique, puisqu'elle évite la construction de pistes cyclables, est d'interdire l'accès de certaines routes préexistantes aux véhicules motorisés.

     

    * Proposer à des prix intéressants des vélos : partiellement voire totalement couverts, (semi-) couché ou non, avec ou sans assistance électrique.

    -> Si beaucoup de modèles de tricycles sont « semi-allongés », certains BICYCLES le sont également → renseignements supplémentaires en bas de page sur le vélomobile qui est un type de tricycles très prometteur

    -> Les vélos à 3 ou 4 roues avec ou sans assistance électrique, en position normale ou semi-allongée, pourraient permettre à certaines personnes ; ne pouvant plus se déplacer en 2 roues faute de suffisamment d'équilibre, d'attention ou d'endurance/force ; de reprendre le vélo.

     

    * Des voies de circulation, une signalisation et un code de la route aménagés de manière à ce que les vélos soient prioritaires par rapport aux véhicules motorisés. Par ailleurs, la répression des manquements des cyclistes au code la route doit être plus juste : pour cela, elle doit prendre en compte les faits selon lesquels le vélo est beaucoup plus écologique, plus sain pour la santé, et, cause infiniment moins de morts/blessés) sur une voie interdite aux véhicules motorisés. Le montants amendes doivent donc être

     

    * Développement de vélos transporteurs de biens et/ou personnes :

    -> Pour cela inciter les villes à encourager la création/extension de franchises existant déjà dans certaines métropoles françaises comme Paris.

    -> Ces vélos sont des tricycles partiellement voire totalement couverts permettant de prendre à leur bord, selon leur nature, soit 2 adultes+1 enfant soit plusieurs centaines de litres de colis.

    -> Imaginez un peu l'efficacité des transports (biens/personnes) si une partie du réseau routier était réaménagé pour les vélos, d'autant plus s'il était mis sur pied des vélos capables de prendre simultanément à leur bord quelques colis et une ou 2 personnes (ou une en chaise roulante). De plus, le nombre NET d'emplois, soit dit en passant « sans qualification », gonflerait et les villes gagneraient en attractivité tourisitique (de par cette meilleur accessibilité piétonne/cycliste et qualité d'air)

     

    * Des centres de réparation plus nombreux, mieux dispatchés sur le territoire, proposant des services moins onéreux et le prêt gratuit d'un vélo durant le temps de réparation du vélo.

     

    *Une meilleur accessibilité (financière et pratique) des vélos aux transports en communs terrestres : par le biais de :

    -> places vélo gratuite ou au moins à un prix réduit

    -> escaliers systématiquement équipés d'une rampe pour les vélos et bagages

    -> trains mieux étudiés pour la montée/descente et le stockage des vélos

     

     

    LE VELOMOBILE

     

    Tout d'abord, la définition d'un vélomobile  : c'est un tricycle totalement ou partiellement fermé sur l'extérieur grâce à une carrosserie aérodynamique. Le pilote est une fois installé à l'intérieur en position semi-allongée. De nombreux modèles existent et se distinguent par : la position arrière ou avant des 2 roues, le caractère totalement ou partiellement fermé de la carrosserie (dans le dernier cas, la tête dépasse de l'ouverture par laquelle le pilote s'introduit dans l'engin) ; la forme de la carrosserie, la matière donc le poids de cette dernière. 

     

     

    Ses points positifs (dans l'ordre décroissant d'importance) :

    - Le cycliste ne craint plus la pluie/neige, vent et le froid. OR CE SONT CES FACTEURS METEOS QUI FREINENT ACTUELLEMENT LE PLUS LES GENS A PRENDRE LEUR VÉLO AU LIEU DE LEUR VOITURE. [Et étant un utilisateur quasi exclusif de vélo (2 roues), je suis bien placé pour le savoir].

    - Le vélomobile offre une plus grande sécurité au pilote : il est davantage vu d'autant plus s'il est équipé d'un fanion ; le pilote est mieux protégé en cas d'accident (le pilote ne peut plus faire de soleil de par sa position semi-allongée et la carrosserie amortie partiellement les chocs) ; le freinage est plus efficace et le vélo est plus stable (de par la présence des 3 roues et la position basse du centre de gravité du pilote). 

    - Il permet d'atteindre des vitesses supérieures sur le plat et en descente grâce à l'aérodynamisme de la carrosserie et la plus grande efficacité de pédalage qu'offre la position semi-allongée.

    - Il permet de charger davantage d'affaires. 

     

     

    Ses points négatifs (dans l'ordre décroissant d'importance) : 

    - Les démarrages et les montées sont plus difficiles en raison de la nature du véhicule (tricycle donc châssis plus lourd), du poids de la carrosserie. Pour les montées, la position semi-assise du pilote est également impliquée. CEPENDANT, UNE ASSISTANCE ÉLECTRIQUE RÈGLE CES PROBLÈMES ET PROCURE ÉGALEMENT UNE SIMPLICITÉ DE CONDUITE SUR LE PLAT DONC REND LE VÉLO ACCESSIBLE A PLUS DE PERSONNES. Selon les modèles et la matière de la carrosserie, ils pèsent entre 23 et 30 kg, contre environ 17 pour un vélo d'adulte classique. 

    - Il est plus volumineux donc peut complexifier le passage à droite ou à gauche des voitures sur la chaussée.

    - La distance pour tourner est supérieure

    - La marche arrière est plus laborieuse. 

    - Selon la météo, le pilote peut avoir un peu chaud ou être, sur certains modèles, gêné par la buée/pluie sur le pare-brise. Cependant, pour remédier à cela, certains modèles possèdent une ouverture à l'avant et à l'arrière afin de créer un courant d'air. De plus, selon les modèles, le cockpit est soit soit partiellement ouvrable soit absent ; laissant ainsi la tête du pilote à l'air libre.  

     

     

     

     

    Je précise que j'ai également fait parvenir ces propositions aux Président de la République, ministres de l'environnement et de la santé.

     

    En espérant que vous prendrez en considération mes propositions. Respectueusement.

Commentaires

2 commentaires
  • Naivraxe .
    Naivraxe . si vous adhérez, vous pouvez signer la pétition suivant : https://www.change.org/p/gouvernement-fran%C3%A7ais-d%C3%A9marches-pour-favoriser-massivement-l-utilisation-du-v%C3%A9lo-dans-les-villes-et-ailleurs?recruiter=168664954&utm_source=share_petition&ut...  Plus
    7 juillet 2015
  • Geoffroy Bernard
    Geoffroy Bernard J'ai l'impression que vegedia est fâché avec les liens internet : /
    7 juillet 2015