Résumé "Alerte au mercure" (France 5 le 1/2/2015)

  • XXXI) Alerte au mercure sur france 5 le 01/02/2015

    • Le mercure est considéré par l'OMS comme l'un des 10 plus néfastes poisons avec l'arsenic et le plomb et l'amiante

    • l'évacuation naturelle du mercure par le corps est longue et partielle (il y a donc une accumulation).

    • Sans que les industriels ne soient tenus d'indiquer sa présence dans les produits, le mercure, bien que très volatile, est présent dans de nombreux objets du quotidien :

    1) dans les plastiques pour ses propriétés colorantes et fixatrices de couleurs (pour le rouge notamment)

    2) dans le tabac, piles plates, feutres rouges, ampoules fluocompactes

    • les lampes nouvelles génération, « fluocompactes » contiennent du mercure : en casser une dans une pièce de 8m² génère une pollution de 11µg/m^3 soit 11 fois la norme autorisée. Bien qu'il stagne au sol (car plus lourd que l'air ambiant), il persistera durant plusieurs heures d'aération de la pièce

    3) dans les cosmétiques :

    • dans certains : produits maquillant (mascara, crayon pour les yeux) , les collyres et liquide à lentilles pour ses propriétés conservatrices

    • dans les teintures pour cheveux pour ses propriétés colorantes et fixatrices de couleurs (pour le rouge notamment)

    4) les produits de la mer

    • le mercure, qui est une substance très volatile, parvient jusque dans les océans à cause des rejets atmosphériques ou liquides des usines, centrales à charbon, incinérateurs, industries minières et déchetteries

    • en 2013, le professeur bourdinot, un toxicologue d'arcachon, a réalisé une expérience sur 3 groupes de 12 souris pdt 2 mois, ajout à leur alimentation quotidienne une quantité faible d'un mélange de poissons achetés en grandes surfaces (cabillaud, thon, espadon, saumon. En 2 mois, effets constatés sont préoccupants (d'autant plus que les quantités auxquelles les souris ont été exposées sont relativement faibles) : trouble de l'humeur, anxiété , tremblements, problèmes de mémoire, comportement parkinsonien, baisse du nombre de neurones

    • résultats d'analyse de thons et espadons frais et surgelés achetés dans différentes grandes surfaces : tous contenaient du mercure dans des quantités importante au poiint que 22% étaient non-conforme car ayant une concentration en mercure supérieures à la norme sanitaire

    5) les « amalgames » dentaires

    • Amalgame = 50% de mercure

    • le substitut à l'amalgame est le composite qui ne contient pas de mercure mais coûte 4* plus cher

    • en France , encore ¼ des caries sont traitées par des amalgames et, contrairement à l'allemagne, les dentistes ne sont pas tenus d'informer leur patients de la nature des matériaux qu'ils mettent dans leur bouche. Et dans les faits, vu que la législation ne les y contraint pas, très peu les informent.

      • Seuil maximal autorisé dans l'air ambiant : 1µg par mètre cube

      • Malgré le discours officiel disant qu'il n'y a pas de dégagement buccal, voici ce qu'a mesuré un appareil adapté et placé dans la bouche de personnes porteuses d'amalgames s'étant portées volontaires dans le cadre du reportage :

      • personnes avec 4 amalgames : 7µg et 47µg après 3 minutes de mastication d'un chewing gum (cela mime la mastication de n'importe quel aliment et s'explique par le fait que la mastication fait chauffer l'amalgame) → et bien sûr, c'est un dégagement perpétuel

      • personne avec 14 amalgames : à vide : 60µg ; après mastication : 90µg

    • les amalgames étant tout près du cerveau, ce dernier est un lieu d'accumulation assez important : en 2006, des autopsies été réalisées sur des personnes porteuses de respectivement 3, 8 et 12 amalgames ont révélé des quantités de mercure de respectivement 40, 180 et 400 µg/kg

    • intoxication chronique aux métaux lourds n'est pas reconnue en France car même pas enseignée dans les universités françaises : le reportage prend l'exemple d'une femme d'environ 60 ans qui avait 4 amalgames et présentait une léthargie la clouant dans son fauteuil, une analyse sanguine a révélé que son taux de mercure était 25 fois > au seuil toléré, une thérapie de détoxification des métaux lourds (par chélation et évacuation par les urines) la remise complètement sur pied au bout de 3 ans.

    • Symptômes locaux : sécheresse de la bouche, inflammation et sensations de brûlure de la bouche et de la langue, aphtes, gingivite, gerçures des lèvres.

    • Fatigue : syndrome de fatigue chronique (SFC), épisodes de fatigue inexpliquée, migraines ou céphalées.

    • Troubles psychiques (éréthisme mercuriel) : irritabilité inexpliquée, indécision, anxiété, angoisse, nervosité (ongles rongés, etc.), idées fixes, peurs sans raison, cauchemars, diminution de la mémoire et de la concentration, dépression constante ou par épisodes, tendances suicidaires, hyperactivité chez les enfants...

    • Troubles de la sensibilité : engourdissements et fourmillements des extrémités, extrémités froides et violacées même en cas de chaleur (acrodynie), gonflement inexpliqué des extrémités.

    • Troubles des organes des sens : bruits dans les oreilles, acouphènes, hypersensibilité aux bruits, vertiges, diminution de la sensibilité auditive pour les hautes fréquences, vision de points noirs ou blancs, hypersensibilité à la lumière, perturbation dans la vision des couleurs, diplopie (vision double), restriction du champ visuel, nystagmus (mouvements involontaires des globes oculaires), diminution du goût, intolérance aux odeurs entraînant des nausées...

    • Symptômes cutanés : sécheresse de la peau (notamment au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds), démangeaisons fréquentes, bleus faciles, rougeur excessive au frottement de la peau, éruptions et boutons inexpliqués, yeux irrités.

    • Troubles neurologiques et musculaires : tremblements (tremor), contractions musculaires involontaires (fasciculation des paupières, etc.), tics (visage et ailleurs), crampes, troubles de la coordination, difficultés d’élocution, douleurs des muscles et des os (notamment à la pression), douleurs des articulations, etc.

    • Troubles cardiovasculaires et respiratoires : troubles du rythme cardiaque (tachycardie, arythmie,…), pincements ou douleurs cardiaques, hyper ou hypotension, difficultés de respiration, malaise en cas d’élévation du rythme cardiaque, douleurs thoraciques.

    • Troubles digestifs : diarrhées, colopathie (ballonnements et gaz intestinaux), constipation, sensations de brûlures du tube digestif, douleurs à l'estomac, nausées, perte d’appétit, prise de poids ou amaigrissement.

    • Perturbations du système immunitaire : infections répétées, allergies.

    • Troubles hormonaux, perturbations de la reproduction : gonflements des seins, anomalies des règles (aménorrhée…), infertilité, troubles thyroïdiens...

    • Autres : excès de salive, excès de transpiration (notamment nocturne), levers fréquents pour uriner la nuit...





    de fortes suspicions pour SEP et Alzheimer



    • la France, avec ses 17t/an, est le pays européen utilisant le plus de mercure dentaire ; tandis que la norvège l'a tout bonnement interdit

     
     
     
     
     
     
     
     

Commentaires

1 commentaire
  • Michel Régénehretiste
    Michel Régénehretiste Aussi, avec les aliments transformés comprenant des résidus suspects, préparés avec de l'eau du réseau d'aqueduc ou des nappes phréatiques qui en sont infestés.
    L'accumulation tissulaire et organique de ces métaux lourds conducteurs, nous rend encore plu...  Plus
    8 février 2015